LA CHASSE SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE DE SOUSTONS


 

LA CHASSE AU GIBIER D'EAU

La dénomination du poste fixe change d'une région à une autre : il peut être appelé hutte ou gabion mais dans le sud-ouest, c’est le terme de "tonne" qui est usité. A l'origine, des tonneaux de grandes dimensions étaient utilisés en guise d’affût. Cette chasse a ses inconditionnels sur la côte charentaise, l'Estuaire de la Gironde, de Bassin d'Arcachon, les lacs médocains et landais, les Barthes de l'Adour, et dans une moindre proportion, certains marais et quelques retenues colinéaires destinées à l'irrigation.

La chasse à la tonne peut tout à fait s'apparenter à un art, tant la technique utilisée requiert une connaissance assidue des oiseaux chassés et de leur comportement. Le principe de chasse consiste à attendre et à attirer le gibier sur un plan d'eau auprès duquel le chasseur est à l'affût à l'intérieur d'une cabane.

La tonne est une construction en bois, en métal ou en béton, comportant une ou plusieurs pièces, et disposant d'ouvertures adaptées, face au plan d'eau, appelées "guignettes" ou "guichets".

migrateurs

Les oiseaux migrateurs de nos étangs

Le plan d'eau, appelé également "clair" ou "blanc", le plan d'eau est la base de la chasse. De son emplacement et de son attrait vis à vis des oiseaux, dépendront les résultats des "tonnayres" (chasseurs à la tonne). Enfin, que ce soit pour installer une tonne, ou orienter un plan d'eau creusé artificiellement, il faut toujours penser aux vents dominants, sachant qu'il faut veiller à ménager aux oiseaux une distance suffisante de pose, ces derniers se posant toujours "bec au vent".

La technique de chasse
Les meilleures conditions pour aller à la tonne sont les changements météorologiques qui entraînent, d'une manière générale, des mouvements d'oiseaux, en déclenchant la migration, l'accélérant ou la retardant. Dès octobre, avec l'arrivée du froid dans les pays nordiques, la migration de descente s'amorce pour s'amplifier jusque en décembre en fonction des aléas climatiques. Par la suite, le tonnayre pourra espérer quelques captures sur des oiseaux hivernants mais rendus très méfiants, ainsi que sur des arrivages d'anatidés chassés par les coups de froids nordiques. Les moments les plus favorables au déplacement de l'avifaune aquatique sont le lever du jour, le crépuscule, ainsi que le lever de lune. Sur le domaine maritime, la marée montante va chasser les oiseaux des vasières, et les pousser vers l'intérieur des terres.

La préparation de la chasse
Le chasseur, dès son arrivée à la tonne, doit disposer ses appelants en optant pour la meilleure stratégie qui variera selon le territoire, les conditions météorologiques, le moment de la saison… Sur son plan d'eau, le tonnayre détermine une zone idéale de pose pour les canards sauvages où il va "tendre" ou "piquer" ses appelants. Quelque soit leur nombre, il faut toujours veiller à placer la ou les canes "longs-cris" (qui sont les plus bruyantes) à l'opposé du vent et loin de la tonne ; les "moyens-cris" seront placées à distance intermédiaire, et enfin les "courts-cris" et mâles seront installés près de la zone présumée de pose.

La Chasse
Dès que le chasseur est à son poste, il faut surveiller le plan d'eau, être à l'écoute du moindre bruit et rester particulièrement silencieux car canards et oies sont d'une méfiance absolue. Se méfier également de l'arrivée des sarcelles qui "tombent" telles des pierres sur votre clair sans déclencher de réaction chez les appelants. Le tonnayre dispose souvent de jumelles d'observation ainsi que d'une lunette de visée de même grossissement, en privilégiant un bon indice crépusculaire (en général, 7x50, 8x56,…) qui sont fort utiles pour l'identification et le tir de nuit. Grâce à une bonne connaissance des espèces chassées, de leur comportement sur l'eau et de leur cri, le tonnayre pourra espérer récolter quelques canards de toutes espèces (et parfois oies). L’éthique de chasse se doit d'être rigoureuse afin de pérenniser un mode de chasse envoûtant, parfois ingrat lorsque les oiseaux ne sont pas au rendez-vous, mais qui comble le chasseur en lui permettant un prélèvement raisonné sur une catégorie d'espèces qui se portent bien au niveau du Paléartique Occidental. Grâce à l'investissement moral, humain et financier, de la part des Fédérations Départementales de Chasseurs et des chasseurs de gibiers d’eau eux même, qui œuvrent depuis longtemps (plus de 20 ans pour celle des Landes) à la sauvegarde, à la réhabilitation et à la mise en réserve de nombreuses zones humides, ces chasseurs peuvent espérer exercer, encore longtemps, leur art au sein des zones humides françaises.

 


 

EMPLACEMENT DES TONNES SUR LES ETANGS DE LA COMMUNE
Cliquez sur une image pour observer la carte en détails

etang blanc tonnes Hardy tonnes Soustons tonnes
Etang Blanc Etang d'Hardy Etang de Soustons

 

EXEMPLES DE TONNES

tonne02 tonne03 tonne04

 

LIEN VERS SITE INTERNET

http://www.fedechasseurslandes.com

 


POUR TOUT RENSEIGNEMENT, CONTACTEZ :

    

Mairie de Soustons
BP 88 
40140 SOUSTONS CEDEX

                              

Contact :
Fabrice POURTEAU (06.73.98.24.92)

           Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.