DES MEDIATEURS DE QUARTIERS


 

Autre dispositif de la nouvelle citoyenneté, pour développer la solidarité de voisinage, c'est une expérience originale que la municipalité a mise en place, celle des médiateurs de quartiers. Originale parce qu'il n'existe pas d'équivalent en France (sauf dans quelques grandes villes) et qu'elle ne dispose pas de cadre juridique ; elle est donc évolutive en fonction de l’accueil et des besoins de la population. Huit quartiers (Costemale, route d’Azur, Centre ville, Tenic-Galleben, Nicot, Mora, Hardy, Soustons Plage) sont pour le moment concernés et seize médiateurs se sont portés bénévoles. 

 

FAVORISER DU LIEN SOCIAL POUR MIEUX VIVRE DANS LES QUARTIERS
Les objectifs de cette expérience sont nombreux : assurer le lien entre les demandes des habitants et la municipalité (et le retour de ces demandes, satisfaites ou non, avec les explications nécessaires), résoudre par une médiation amiable les petits problèmes de voisinage, rompre l'isolement d'une personne vivant seule, entretenir la solidarité envers les anciens ou les démunis, accueillir de nouveaux arrivants… Mais la municipalité veut aller encore plus loin en insufflant la création d'une vie sociale de quartier. Et les idées ne manquent pas : organiser une fête de quartier, un apéritif ou un repas des voisins… Il pourra aussi s'agir aussi, en fonction des besoins et des volontés, d'actions d'embellissement, de nettoyage ou de remise en état d'éléments dégradés… Toutes les initiatives sont les bienvenues.

UN DISPOSITIF SOUPLE ET EFFICACE
Chaque médiateur(trice) est chargé(e) de s'assurer du suivi des interventions et de procéder à une relance, si nécessaire. Une responsable compétente des services de la mairie est dédiée à cette opération (Céline Hartung). Elle connaît très bien le fonctionnement des services et mettra éventuellement les méditeurs(trices) en relation avec le maire ou l’élu(e) compétent pour venir en aide, traiter le problème par les services municipaux soustonnais ou actionner les services extérieurs compétents. Pour tout problème qui dépasse par son importance ou sa nature le cadre du quartier, le(la) médiateur(trice) doit saisir directement le maire ou l’adjoint délégué(e) (logement, pollution, circulation, dégradations, problèmes sociaux…).

LE ROLE DES MEDIATEURS DANS LEUR QUARTIERS
Interfaces privilégiés entre les habitants et les élu(e)s, les médiateurs sont connus et identifiés dans leur quartier. Ils (elles) sont au courant des petits problèmes de vie collective et peuvent les résoudre plus vite et mieux. Ils (elles) permettent de consolider ou de créer du "lien social" entre les habitants de leur quartier. En fonction des besoins, ils (elles) peuvent organiser des réunions et prendre des initiatives citoyennes innovantes. Au fil des mois et des actions menées, ils (elles) doivent devenir des personnes référentes, de confiance, à qui chacun parle facilement. Pour cadrer leur périmètre d’actions, une réunion réunissant le maire, le sous-préfet, les procureur et conciliateur de la République, le lieutenant de gendarmerie, un responsable de l’Association Départementale d’Aide aux Victimes et de Médiation (ADAVEM) et les médiateurs a eu lieu le 23 octobre 2008.

DES ACTIONS CONCRETES DEJA REALISEES
Depuis leur prise de fonction (15 octobre 2008), les médiateurs ont œuvré pour et dans leur quartier. A Nicot, par exemple, l’installation d’un nouvel abri bus a été validée. Au Quartier Tenic-Galleben, une opération de nettoyage a été menée après la tempête Klaus. A Soustons plage, un véhicule abandonné sur la voie publique a été retiré. Aussi, grâce à une médiation, quelques querelles de voisinage ont été résolues. Enfin, de petits travaux d’embellissement de quartiers sont déjà à l’étude ou en cours (réfection des lavoirs).